Living with Legends

Publié le par Bougonnette des Sables

   Moisson du jour dans l'International Herald Tribune -- bien belle, ma foi.
   D'abord, un petit retour en arrière, et plus précisément à l'édition du 20 décembre 1956.

   «Londres : Louis (Satchmo) Armstrong et le Royal Philarmonic Orchestra ont de nouveau essayé de se mettre d'accord aujourd'hui (18 décembre) pour faire coïncider leurs «bom-bom». Il était prévu que Mr. Armstrong joue au concert du Lord Mayor's Hungarian Appeal Fund au Festival Hall ce soir. «I don't dig you» (plus ou moins : «J'y pige rien»), lança le trompettiste âgé de 56 ans au merveilleux chef d'orchestre Norman Del Mar. Ils étaient en train de répéter «Nobody Knows the Trouble I've Seen». «Il y a quelque chose qui cloche», insista Satchmo. «A la fin de cette mesure, je suis censé faire «bom», comme ça». Il joua un sol. «D'ac' ? Et ces autres types», fit-il en montrant du doigt l'orchestre du Royal Philarmonic, «pourquoi est-ce qu'ils font «bom-bom» ? Ils ont un «bom» de retard. Ou c'est moi qui ai un «bom» d'avance.» Del Mar répondit : «Je suis désolé, mais c'est ainsi que la musique est écrite. Et nous n'avons pas le temps de refaire l'arrangement.» «Ne touchez à rien», dit Mr. Armstrong. «On y va comme ça -- allez les gars, c'est parti.»

******************************

   Autre légende, l'Hotel Chelsea de New York. Vous vous souvenez peut-être que le Chelsea fut la proie des flammes au printemps 2005. Mais ce que vous ne savez sans doute pas, c'est que pendant que les pompiers luttaient contre l'incendie, les résidents se réunirent dans le hall et se racontèrent quelques anecdotes, histoire de passer le temps. Il faut dire que le Chelsea en a vu passer, des célébrités, de Thomas Wolfe à Mark Twain, en passant par Janis Joplin et Sid Vicious...
   Une fois l'incendie maîtrisé, Debbie Martin et Ed Hamilton, un couple originaire du Kentucky, résidant au Chelsea depuis une dizaine d'années, eut envie de prolonger ce moment de camaraderie entre résidents, et aussi de partager les histoires évoquées ce soir-là. Et quel meilleur moyen que de créer un blog ?
   Living with Legends  était né... Des écrits, des vidéos, des photos, des liens vers d'autres sites, entre autres vers un texte d'Arthur Miller, écrit peu après sa rupture avec Marilyn Monroe : «C'était tellement excitant de savoir que la fille aux joues creuses dans l'ascenseur était Viva, et que l'homme aux yeux hagards qui l'accompagnait était Andy Warhol et que l'odeur que l'on respirait était celle de la marijuana».
   Et le présent, aussi. Dont cette anecdote merveilleusement touchante, rapportée par Ed Hamilton. Il y parle d'un touriste, qui résidait dans la chambre à côté de la sienne, et qui laissa derrière lui un stylo, une enveloppe timbrée et un bloc notes sur lequel étaient écrits ces mots : «Ecrivez cette lettre aujourd'hui. Vous savez de laquelle je veux parler. Vous vous sentirez mieux après.» Et l'homme confia à Hamilton qu'il passait ainsi le relais depuis le jour où il avait lui-même trouvé un mot de ce genre en arrivant dans une autre chambre, dans un autre hôtel, et qu'il avait écrit à son père, pour la première fois depuis trop longtemps...

   Peu de commentaires sur Living with Legends, ce qui laisse Debbie Martin perplexe. Mais elle sait que ses co-résidents lisent le blog régulièrement. Certains parlent des derniers posts quand ils la croisent dans l'ascenseur. Et beaucoup d'autres réagissent d'une façon plus conforme à l'esprit du plus littéraire des hôtels : en glissant un petit mot écrit à la main dans sa boîte aux lettres...

Publié dans revue de presse

Commenter cet article

Lady Domi 21/12/2006 20:47

Je vous adore...

Cactus 21/12/2006 20:39

cocole 20/12/2006 17:46

coucou bougonnette!!!"j'aime bien ces petites histoires!!"au cas où je n'en ai pas l'occasion d'ici le 24, je te souhaite tout de suite un trés joyeux noël auprès des tiens bises

Milady 21/12/2006 06:15

Merci Cocole ! Joyeux Noël à toi aussi !Bisous et bonnes fêtes.