La corde et le marteau

Publié le par DoMiSolSib

   Ah, les pianos... D'abord, il y a les impondérables. Le piano déplacé de cinquante centimètres pour éviter la gouttière dans le chapiteau, ce qui amène le pianiste (Dave Kikoski en l'occurrence) à exiger qu'on le réaccorde, sinon il ne joue pas. Sir Roland Hanna, désarçonné (et peu convaincu) par les explications de l'accordeur, qui assure qu'il a utilisé un accord légèrement différent de ce qui se fait d'habitude, mais que si, c'est tout bon, et que d'ailleurs c'est comme ça qu'un piano se doit d'être accordé... Et le problème ne date pas d'hier, vous vous en doutez. D'où quelques scènes surréalistes, trouvées dans le livre d'anecdotes compilé par Bill Crow :

   Jay McShann : «Parfois nous tombions sur des pianos tellement mauvais que je jouais dans une clé et l'orchestre dans une autre. Certains d'entre eux étaient tellement mauvais que j'allais me chercher une bouteille et que je rentrais à l'hôtel.»

   Aux grands maux, les grands remèdes :
   Billy Eckstine : «Parfois, nous arrivions pour un concert avec dans notre orchestre Earl Hines, le plus grand pianiste du pays, et la moitié des touches sur ce fichu piano ne marchaient pas. Alors à la fin du concert, au moment de partir, je rassemblais quelques uns des musiciens autour du piano, comme pour bavarder, et j'arrachais toutes les cordes et tous les marteaux. Et je disais, "La prochaine fois qu'on viendra jouer ici, je parie que ce fils de pute aura un piano sur lequel il pourra jouer".»

   Et quelques surprises, parfois :
   «Ernie Wilkins fit une tournée dans le Sud avec Count Basie au piano. Quand l'orchestre arriva pour se produire dans le gymnase d'un lycée, ils découvrirent qu'il n'y avait pas de piano sur la scène. Le manager de l'orchestre alla se renseigner, mais personne ne paraissait avoir entendu parler d'un piano. Pendant quelque temps, il sembla que Basie n'allait pas pouvoir jouer de la soirée. Mais soudain, il y eut une certaine agitation au fond du gymnase, et  quatre étudiants passèrent les portes en poussant un vieux piano droit. Sur le devant, on avait collé une feuille de papier avec, écrit en gros caractères, le mot «PIANO», afin qu'ils n'aient aucun mal à identifier l'instrument.»

Commenter cet article

Sieglind la dragonne 14/11/2006 18:40

Le plus fort c'est tout de même la dernière anecdote! Les étudiants... ils s'orientaient vers le foot non? hé, hé.Je note le nom de ce bouquin, ça m'a l'air excellent!Bisous Lady Domi et bonne soirée (j'avais un piano droit, si tu te souviens de mon cliché dans le blog hé, hé, mais ça ne date pas d'hier)

Domi 14/11/2006 18:48

Dis Dragonne, il est en angliche, le bouquin... Crois pas qu'il y ait une VF, et c'est bien dommage.Je me renseigne quand-même, au kazoo.Foot amerloquien, faut pousser en mêlée, eh eh !!!

Mimi 14/11/2006 16:48

Voilà des anecdotes bien plaisantes à lire :DBisesMimi

Domi 15/11/2006 11:30

Pas plus que les tiennes !Bises Mimi et à tout de suite.

DUKE 14/11/2006 16:25

Raconte,raconte my Lady,quel régal ces anecdotes.
De Bruxelles sous la pluie,je t'adresse une mesure de bisous jazzy.

Domi 14/11/2006 16:32

Tiens, il pleut, chez vous ?Remarque, ici, ça vaut pas mieux...Bisous ennuagés mon Duke.

cocole 14/11/2006 15:32

oh! les problèmes de piano!!! ils faudrait appeler l'accordeur avant chaque concert! c'est trop cher!!! heureusement on est pas des grands musiciens!bisou

Domi 14/11/2006 16:31

Eh eh... une connaisseuse !Mais dis, c'est pas parce qu'on n'est pas des grands musiciens qu'on a pas droit à des bons instruments, c'est quoi ces idées ?!Bisou Cocole !

:0010:@nne marie :0059: 14/11/2006 12:07

    Comme pastelle, je ne suis pas une pro...loin de là mais j'adore venir te lire car j'apprends bcp de choses ! !  Bon mardi et bizzz de la terre des pharaons !!  

Domi 14/11/2006 16:32

Merci @nne-marie... et gros bisou du pays de l'huître !