Wingy Manone

Publié le par Lady D.

   Joseph Mannone perdit un bras à l'âge de neuf ans dans un accident de tramway, ce qui ne l'empêcha pas par la suite d'apprendre la trompette et d'accomplir une jolie carrière de musicien professionnel, sous le nom de Wingy Manone. C'est tout naturellement qu'il se trouva au centre d'une poignée d'anecdotes, à lire en VO dans le «Jazz Anecdotes» de Bill Crow (Oxford University Press).

   «Pendant la Deuxième Guerre Mondiale, Wingy se produisait au Cafe Society Downtown. Un soir, quelques marins devinrent agressifs après que Wingy ait refusé de jouer le morceau qu'ils lui demandaient. Une bagarre se déclencha. L'un des marins saisit Wingy par la main, mais pas par la bonne ; le faux bras de Wingy se détacha. Le marin en resta bouche bée ; Wingy lui arracha la prothèse des mains et s'en servit pour lui taper sur la tête.»

   Les musiciens que choisit Wingy pour former son groupe lors d'un séjour en Louisiane firent de lui la cible toute désignée pour une blague :
   «J'ai embauché Snoozer Quinn à Bogalusa, et c'est ce qui a amené Eddie Connors à me faire cette blague.
   Snoozer était borgne, mais c'était un sacré guitariste, et personne ne faisait jamais attention à son handicap. Le groupe comprenait aussi «Hooknose» Joe Loyocano à la basse, qui avait une jambe de bois, moi qui n'ai qu'un bras et quelques autres types avec des morceaux qui manquaient. En tout, nous étions neuf musiciens.
   Après avoir examiné les gars, Connors a embauché le groupe. Les temps étaient difficiles, et il nous payait le minimum. A la fin de la semaine, je suis allé le voir pour qu'il nous paye. Il m'a tendu l'argent, je l'ai compté et je me suis aperçu qu'il n'avait payé que pour huit musiciens.
   - Qu'est-ce que c'est que ça ? je lui ai demandé. Il n'y a pas assez d'argent. Tu me payes pour huit musiciens, et on est neuf.
   Il m'a répondu :
   - Regardez-vous un peu. Si on vous prend tous les neuf, il manque de quoi faire un bonhomme entier. Je te paye pour huit hommes.
   Bien sûr, ce n'était qu'une blague, mais pendant un instant j'ai vraiment cru qu'il était sérieux.»

   Wingy fut également la cible de l'un des plus redoutables plaisantins que le jazz ait connus, le violoniste Joe Venuti :
   «Joe m'a envoyé un cadeau d'anniversaire, une année. Dans une grande boîte, avec un joli paquet. Il m'a fallu un quart d'heure pour arriver à ouvrir la boîte, et j'y ai trouvé un bouton de manchette. C'était il y a douze ans, et j'attends toujours l'autre.
   Mais c'est à New-York que Joe m'a fait la meilleure blague qu'il m'ait jamais faite. Lui, sa femme Sally et moi avons pris le métro une après-midi pour aller jouer. La voiture était tellement bondée que nous avons dû rester près des portes. Le chauffeur a essayé de les refermer, en vain.
   Le métro est resté à quai, et tout le monde se demandait quel était le problème. Le contrôleur a fini par traverser la foule pour voir ce qui se passait.
   Quand il est arrivé auprès de nous, il a vu que ma prothèse était coincée entre les portes coulissantes, ce qui les empêchait de se refermer. Bien sûr, comme je ne sentais rien, je ne pouvais pas deviner que mon bras était pris dans les portes.
   Mais le contrôleur a commencé à me traiter de tous les noms parce qu'à cause de moi, le métro avait vingt minutes de retard. J'étais tellement gêné que j'aurais aimé pouvoir descendre de ce métro en courant pour aller me cacher. Mais Joe était mort de rire ; c'était lui qui avait coincé ma prothèse dans la porte.»

Commenter cet article

cactusjo 04/08/2006 10:22

Ha bon ! 
 alors t'es gardienne de jour :-)

Lady D. 04/08/2006 11:51

Bah, j'en sais plus trop rien, en fait. A priori, le soleil est de sortie, donc ça doit être le jour, mais va savoir, avec les dérèglements climatiques en tous genres !

cactusjo 04/08/2006 09:35

tant d'écrits non vains me comblent : tu écris tant du soir au matin et jamais de bla bla bla bla , bla bla bla ( une pensée pour Eddy :-)) bises déstructurées mais chaleureuses !
 jo sot du lit cigogne .

Lady D. 04/08/2006 09:39

Bonjour Cactus !Un p'tit café ?Du soir au matin... Tu exagères quand-même un peu. Du soir au matin, je dors.