Nul n'est à l'abri...

Publié le par Lady D.

«Elle tendait à mes lèvres son triste front pâle et fade sur lequel, à cette heure matinale, elle n'avait pas arrangé ses faux-cheveux, et où les vertèbres transparaissaient, comme les pointes d'une couronne d'épines ou les grains d'un rosaire.»

Marcel Proust, «A la recherche du temps perdu, 1, Du côté de chez Swann».

(in Dictionnaire de la Bêtise / Le livre des Bizarres,
compilé par Guy Bechtel et Jean-Claude Carrière,
Éditions Robert Laffont)

Commenter cet article