Quand le scanner s'emmêle... Cinq

Publié le par Lady D.

   Il faut être honnête, toutefois. Si notre facétieux collaborateur était responsable de l'immense majorité des curiosités que nous rencontrions, je repérai également quelques fautes de frappe commises par mon collègue en discographie.

   Ainsi avait-il transformé «Oh Bess where is my Bess» en «Oh Bess where is my bass» (la complainte de Jimmy Woode ?).

   Anecdotique, en comparaison des élucubrations du mange-papier, déconcerté par les abbréviations qui, pour nous, étaient chose normale.

   Ainsi de ce pauvre artiste, «acc by bgo only» (en clair, «accompanied by bongo only»), qui, miracle de l'informatique, était maintenant «acc by boo only». N'ayant point entendu l'enregistrement, je ne saurais dire si ce concert de huées était mérité ou non...

   Autrement plus inquiétant, ce bluesman «acc» par un «unknown» qui avait troqué son «hca» pour un «boa» (chromatique, ou diatonique ?)

(à suivre...)

Publié dans fonds de tiroir

Commenter cet article

Duke 18/03/2006 01:49

Sincèrement je t'avoue que n'ai jamais apprécié Quincy Jones.

Lady D. 18/03/2006 07:24

Ah ? Moi, j'adore ses big-bands des années 60, et pas seulement parce qu'il y a Lucky Thompson et Sam Woodyard, de temps en temps... L'arrangement de «Tic Tac Toe» est quand-même assez dynamite !
T'inquiètes pour September, Jazzques mène l'enquête...

Duke 17/03/2006 12:43

Ma chère Lady,ta question concernant le label September restera malheureusement sans réponse de ma part,je suis peu versé en la
matière.
Par contre,moi,je brule de savoir d'où tu tiens cette sc!ence
"jazzistique ".
Bon we et bisou amical.

Lady D. 17/03/2006 13:26

Hé hé... J'ai lu tout plein et écouté encore plus et réncontré tout plein de gens intéressants et gardé mes oreilles grandes ouvertes...